Daily life

Lettre d’amour à Félix.

Alors. Comment parler de lui, de toi, sans pleurer ? C’est dur. Très dur. Tu es né un mois de janvier 2004, dans la maison de mes voisins, et tu avais 2 frères et 1 sœur. Lorsque je suis venu vous voir, tu es le premier à être venu vers moi. Tu étais si mignon avec tes yeux fermés, tes poils noirs agrémentés de blanc, comme si tu t’étais roulé dans la neige. Et l’un de tes frères, aussi noir que la nuit, t’as suivi pour aller avec mon frère.

chattes sur la chaise 08.04

Et c’est ainsi que je t’ai amené avec moi, et ton frère est parti avec mon frère. Vous étiez tous les deux dans notre maison, à grandir ensemble sous le regard bienveillant de Gypsie, notre chienne, croyant que vous étiez tous les trois de la même famille. Tu t’appelais alors Mimine, t’ayant pris pour une fille pendant quelques années, et ton frère s’appelait Vénus.

animaux ensemble sur le canapé le 07.04

Il n’y a pas de place ici pour parler du destin tragique de ton frère, ni du dernier jour de ta « mère », car je dois déjà parler de toi, mon amour.

Félix. Ton nouveau nom le jour où tu es devenu un homme. Pourquoi ce choix ? Car tu ressemblais trait pour trait au chat Félix de la pub. Jusqu’à l’année dernière, lorsque je rencontrais quelqu’un ayant ton prénom – ou la saint Félix – je rigolais, car je pensais à toi. Je pensais « Ils ont le prénom d’un chat, du mien ». Mais ce n’est plus le cas. A présent j’ai envie de pleurer, je fais tout pour t’ignorer.

Pourquoi ?

Car c’est trop dur pour moi. Trop dur de penser à toi. Trop dur de penser que j’ai passé ces 3 dernières années loin de toi, ne te voyant qu’une à deux fois par an. Trop dur de savoir que tu as souffert du cancer pendant deux moi sans moi, que tu sois mort sans moi, et que je ne l’ai su que trois mois après. Je me sens coupable, car je t’ai abandonné – looks like it.

DSCN2580

Tu as vécu treize ans. Treize longues années pour certains, mais ce n’était jamais – et ne sera jamais – assez pour moi. J’ai passé trop de temps loin de toi. De penser que la dernière fois que je t’ai parlé, que j’ai chanté pour toi, que je t’ai serré dans mes bras, nourris, caressé, c’était pour Noël 2016.

mon chat trop mimi !!

Tu me manques, so much. Et je souffre, beaucoup. Alors pour ne pas souffrir, pour ne pas pleurer, je refuse de penser à toi. Je refuse de parler de toi. Si quelqu’un te mentionne, je change de sujet. Je refuse de voir des photos de toi. M’en veux-tu ? Souffres-tu ? Ou bien as-tu retrouvé Vénus et Gypsie ? Je préfère me dire que oui, que vous êtes tous ensembles – heureux et en paix. Vous avez bien assez souffert.

Félix 2016 (4)

Alors. Voilà. En ce 12 avril 2018, je t’écris cette lettre. Pour que tu saches – ou pas, tu ne pourras jamais la lire – ce que je ressens. Je t’aime et tu me manques.

Alors. Voilà. En ce 12 avril 2018, je t’écris car cela fait un an que tu nous as quitté – et que j’ai ma salamandre. Était-ce un signe ? Était-ce prédestiné ? J’aime à le penser. Cela me rassure, comme si une part de toi était toujours avec moi – physiquement, car bien sûr tu seras toujours dans mon cœur.

Alors. Voilà. En ce 12 avril 2018, je t’écris pour te faire mes adieux. Adieu, Félix. Adieu, mon amour. Adieu, mon fidèle compagnon, mon frère, mon bébé, mon âme sœur.

Adieu.

SAMSUNG TECHWIN DIGIMAX-230
(Moi et Félix en 2004.)
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s